Comment se préparer dès maintenant au marché du travail de 2030 ?

Bienvenue dans le monde VUCA ! Volatile, incertain (Uncertain), Complexe et Ambigu, ce monde en perpétuel mouvement nous force à nous adapter. S’il est impossible de prévoir tous les changements à venir, certaines tendances peuvent nous aider à nous projeter et à nous préparer aux défis futurs.  

À quoi ressemblera notre vie professionnelle en 2030 ? Nouveaux métiers, obsolescence des compétences, robotisation : Topformation dessine les contours du travail et de la formation de demain.

Quels métiers demain ?

Télégraphiste, allumeur de réverbère, dactylographe… Ces métiers du passé peuvent prêter à sourire et nous paraissent bien loin des professions d’aujourd’hui ! Pourtant, ils furent un temps indispensables au fonctionnement de la société. Les métiers évoluent au gré des progrès technologique, certaines professions un temps centrales se révélant finalement inutiles. La digitalisation, l’automatisation et les mutations de l’économie ont accéléré cette tendance à la disparition des métiers.

L’institut Sapiens a identifié 5 métiers qui pourraient disparaitre avant la fin du siècle : employé de banque (en 2038), comptable (en 2041), secrétaire (en 2053), caissier (en 2050) et ouvrier peu qualifié de la manutention (en 2071).

Derrière la probable future disparition de ces métiers se cache un concept à prendre en compte pour assurer son employabilité : l’obsolescence des compétences.

L’obsolescence des compétences : la comprendre pour éviter de la subir

La durée de vie d’une compétence était de 40 ans en 1970. Aujourd’hui, elle n’est plus que de 1 à 2 ans, particulièrement dans les métiers en lien avec les nouvelles technologies.

Les compétences, en particulier techniques, perdent de la valeur au fil du temps : ce qui vous a permis d’intégrer votre poste il y a plusieurs années n’est sans doute plus suffisant aujourd’hui pour être performant dans ce même poste.

D’après une enquête du CEDEFOP, trois catégories de professionnels sont particulièrement touchées par l’obsolescence des compétences : les seniors (plus de 50 ans), les travailleurs les moins qualifiés, et ceux qui n’ont pas accès à la formation continue. Ces personnes courent le risque de voir leur employabilité chuter s’ils ne procèdent pas à une actualisation de leurs compétences qui leur permettra de s’adapter aux évolutions de leur métier.  

La nouvelle division du travail entre humains, machines et algorithmes

Assistance en direct, rédaction de contenus ou encore écriture de codes simples, les intelligences artificielles (IA) prennent chaque jour un peu plus de place en entreprise.

D'ici à 2030, 3 métiers sur 5 verront au moins 30 % de leurs activités automatisées. Une mauvaise nouvelle pour l’emploi ? Pas forcément ! D’après Eurostat, la digitalisation et l’automatisation pourraient détruire 6 millions d’emplois, et en créer 15 millions en parallèle. 

Par ailleurs, les tâches routinières sont celles qui sont le plus facilement remplacées par les machines. Les nouveaux outils et l’automatisation, en libérant du temps aux professionnels, peuvent permettre de se concentrer sur des tâches stratégiques et relationnelles : partenariats, innovation…

Pour se faire une place dans le monde du travail de 2030 et au-delà, il est nécessaire de travailler ses soft skills (compétences comportementales) et de se former régulièrement tout au long de sa vie.

La formation tout au long de la vie, un impératif

Si la digitalisation et ses implications sur les métiers peut faire peur, ce phénomène a aussi révolutionné l’accès à la formation continue. Une chance pour tous les professionnels, qui peuvent désormais renforcer leurs compétences ou en acquérir de nouvelles à toutes les étapes de leur carrière, sans contraintes géographiques grâce à la formation à distance.

En suivant une formation en ligne, il est possible de développer les compétences clés dans les métiers émergents du marketing ou de la vente en seulement 1 à 2 mois. Pour des compétences en ingénierie, 4 à 5 mois de formation en ligne sont nécessaires, d’après le Forum économique mondial. Les dispositifs de financement, comme le CPF, permettent de se former à moindres coûts dans le domaine de son choix.

Prendre en main ses compétences et son avenir professionnel n’a jamais été aussi facile. Face aux défis du monde de demain, ceux que l’on arrive déjà à identifier et ceux qui vont arriver par surprise, la formation continue est votre meilleure alliée.

Retrouvez tous les chiffres clés du monde du travail de demain dans notre infographie inédite : 

Dernière mise à jour : 24 janv. 2023
Jeanne Scholz
Chargée de communication

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Mis à jour: 21/03/2022

Le Compte Personnel de Formation : Ce qu’il faut savoir

Le 1er janvier 2015, le DIF a été remplacé par le CPF qui devrait, selon certains, donner plus de libertés aux salariés dans le choix de leur formation et dans l'utilisation des heures acquises dans le cadre du CPF. Le CPF a fait l'objet de longs débats avant d'être accepté, mais certains éléments restent à définir. L'un des avantages du Compte Personnel de Formation est qu'il offrira plus de tran ...
En savoir plus
Mis à jour: 20/09/2021

Comment faire financer sa formation par son entreprise ?

Pour financer une formation professionnelle, il n'y a pas que le CPF ! En tant que salarié, vous avez chaque année la possibilité d’effectuer une formation financée au sein de votre entreprise.

En savoir plus
Mis à jour: 29/06/2022

Reconversion professionnelle : alliez travail et passion grâce aux métiers atypiques !

Les formations destinées à la reconversion professionnelle connaissent un grand succès. En quelques mois, vous pouvez devenir développeur web, assistante maternelle ou encore agent immobilier ! À moins que vous ne soyez à la recherche d’un métier plus atypique… 

En savoir plus